MODULE 6

LES FEMMES ÂGÉES ET L’ÉGALITÉ DES SEXES DANS LES PROGRAMMES D’ÉDUCATION DES ADULTES ÂGÉS

En quoi les rôles de genre et le capital de genre (expériences) des hommes et des femmes se reflètent-ils dans la formation des adultes âgés et comment pouvons-nous concevoir une formation fondée sur des concepts pour les femmes âgées ? Comment les formateurs d’adultes peuvent-ils penser, voir et se renseigner ?

Introduction

Les rôles de genre et l’égalité des sexes sont rarement abordés dans les programmes éducatifs destinés aux personnes âgées. Cependant, les hommes et les femmes âgés s’impliquent dans la formation des adultes âgés parce qu’ils veulent se sentir concernés, être socialement, politiquement et psychologiquement responsables.  Ils participent à la formation en tant que représentants de leur genre. Par conséquent, leur capital de genre doit trouver une place dans les programmes éducatifs. Il existe des différences importantes entre les apprenants masculins et féminins âgés. En général, le fait d’être une femme âgée est considéré comme un désavantage cumulatif (être une femme et être vieille, être moins bien lotie que les hommes, être dépendante des hommes, etc.) Il est important d’identifier le capital genre que les femmes apportent dans l’éducation et de concevoir des programmes éducatifs autonomes pour et avec elles.

 

Le module en bref

Le module se compose de trois unités présentées ci-dessous, suivies de la rubrique ” Vérifiez votre compréhension ” et des références.

Unité 1. L’approche des questions relatives aux femmes

Unité 2. Pourquoi l’éducation des personnes âgées est-elle si importante ?

Unité 3. Planifier l’éducation des femmes âgées

Vérifiez votre compréhension. Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses ? 

Références

Unité 1. Aborder les questions relatives aux femmes

 

Avec ces histoires, j'ai voulu amorcer un discours qui confronte le lecteur aux tabous liés au vieillissement, je voulais aborder des sujets tels que la faiblesse, la maladie, la peur de mourir, la perte de dignité... Ce livre parle de la perte et de l'insécurité dans des situations de la vie quotidienne qui étaient auparavant des situations de routine. Le livre a été élaboré lentement, en prenant conscience de mon propre vieillissement, surtout après la mort de mes parents, lorsque j'ai commencé à écouter des voix autour de moi, des voix de personnes âgées que je n'avais jamais entendues auparavant. Tout est écrit en histoires, de l'irréversibilité du processus d'invisibilité au sentiment de culpabilité à l'égard des parents, en passant par des histoires qui ne sont pas les miennes, mais qui m'ont beaucoup impressionnée.

 

Slavenka Drakulič, La femme invisible et autres histoires

 

Certains pourraient affirmer que non seulement la littérature mais aussi le domaine de la formation des adultes traitent des questions de genre depuis longtemps. La participation, ou l'absence de participation, des femmes à la formation des adultes est étudiée depuis des décennies. Les préférences des femmes en matière de styles d'apprentissage ont été examinées. Différents rôles sociaux ont été étudiés, du rôle de mère et d'épouse à leurs rôles professionnels. Leurs responsabilités ont été étudiées, ainsi que les conséquences des changements de rôles sur l'identité des femmes. Mais les identités des femmes ont rarement été examinées en tant que telles, comme étant les leurs, uniquement les leurs et non par rapport aux hommes et à leurs réactions dans les mêmes contextes, bien que, comme nous l'avons vu précédemment, les femmes âgées doivent savoir qui elles sont et doivent être conscientes qu'elles peuvent grandir et devenir ce qu'elles pensent être capable de devenir. Néanmoins, les études sur les femmes âgées et le capital de genre qu'elles apportent dans l'éducation des adultes ont rarement été explorées et prises en compte lors du développement d'un programme éducatif. En outre, les femmes âgées n'ont pas ouvertement besoin de plus de visibilité. Elles s'adaptent d'elles-mêmes. Trouver comment les femmes peuvent surmonter cet état, lutter pour l'égalité des sexes et prendre conscience de qui elles sont est une tâche fondamentale dans le développement de programmes éducatifs pour les femmes âgées.

 

En vous concentrant sur les situations des femmes, vous découvrirez qu'elles sont décrites par rapport aux situations des hommes. Et vous découvrirez également que les femmes sont absentes des données. Nous pouvons en déduire que les analyses, théories, recherches ou pratiques ne concernent que la moitié de la population. Pour illustrer ce point, Frédéric Gros, un philosophe français, auteur du livre à succès Philosophie de la marche, soutient que la marche mène à la réflexion et que de nombreux grands penseurs de l'histoire ont décrit leur marche comme un processus de réflexion (Gros, 2000). Il ne mentionne pas une seule femme, et le lecteur se demande à juste titre pourquoi aucune femme n'est mentionnée sur la liste des grands penseurs.  La lutte pour l'équité entre les femmes et les hommes porterait davantage de fruits s'il existait des données concernant les deux.

 

Les éducateurs d'adultes répètent que les groupes de personnes âgées sont hétérogènes en raison de leurs expériences de vie et de leurs cadres de référence disparates. Ils oublient cependant de souligner que l'hétérogénéité des personnes âgées est également due à leur sexe. Si les données concernant les personnes âgées, en général, ne sont pas importantes pour les études statistiques, celles des femmes âgées semblent l'être encore moins. Dans l'étude PIAC, par exemple, les personnes de plus de 65 ans n'ont pas été abordées par les États membres, à l'exception de l'Allemagne, qui a produit une étude supplémentaire sur les personnes de plus de 65 ans et leurs besoins.

 

Il existe de nombreuses approches des questions relatives aux femmes dans la recherche et l'éducation. La plus courante est l'approche oppositionnelle, fondée sur les distinctions biologiques entre les hommes et les femmes. Les différences entre les hommes et les femmes sont souvent présentées comme une dichotomie - les femmes s'opposant aux hommes et vice versa. Les femmes sont frêles et impuissantes ; les hommes sont forts. Le typage des genres commence très tôt avec le sentiment que les garçons ne doivent pas montrer leurs émotions et que les filles doivent se comporter correctement. 

Cette approche oppositionnelle a été intensifiée par différentes religions qui ont analysé et séparé le rôle des femmes et des hommes. Les femmes et les hommes ont eu des rôles économiques différents dans le domaine de la production, de la reproduction et de la consommation. Les femmes sont soumises aux hommes sur le plan politique, économique, pédagogique, et dans pratiquement tous les domaines où la société reflète son pouvoir, un pouvoir qui, à quelques exceptions près, est investi dans les hommes. Dans La métaphysique des mœurs, Kant parle de "la supériorité naturelle du mari sur la femme dans sa capacité à promouvoir l'intérêt commun du foyer", et mentionne l'inaptitude de toutes les femmes à voter. (Mosser, Kant and Feminism par Kurt Mosser, Dayton/Ohio) 

 

Puisque les hommes et les femmes ne sont pas identiques, ils sont définis par de nombreux attributs masculins et féminins qui doivent être reconnus dans la formation des personnes âgées. Les femmes et les hommes devraient être traités de manière égale. Mais est-ce vraiment le cas ? Les différences entre les sexes sont construites et déconstruites. Les identités des hommes et des femmes se forment différemment. Le genre n'est pas stable. 

 

Au contraire, il est plutôt dynamique, dépendant du temps et de l'espace, ainsi que des contextes sociaux, politiques et culturels historiques. Des chercheurs comme Hugo, 1990, Lewis, 1988, Stalker, 2005 se réfèrent à Belenky et al. (1986) en affirmant que les femmes sont uniques mais absentes des études de recherche, et qu'il faudrait leur consacrer de l'attention. D'autres recherches soutiennent que les femmes et les hommes sont des catégories à la fois complexes et diverses. L'approche dichotomique fonctionne différemment selon les contextes. Dans les contextes patriarcaux, il existe une définition des valeurs, des capacités et des actions des hommes et des valeurs, des capacités et des actions des femmes comme étant déficientes, par rapport aux hommes. Par conséquent, les histoires, les expériences et les connaissances de toutes les femmes sont nécessaires pour parvenir à leur véritable autonomisation.

Unité 2. Pourquoi l'éducation des personnes âgées est-elle si importante ?  

La voie  de l'éducation vers l'égalité des sexes passe par la consolidation de l'identité des femmes et par une meilleure compréhension d'elles-mêmes. Il s'agit également de les encourager à prendre leurs propres décisions, d'atténuer les stéréotypes sur les femmes âgées, de mettre fin à la discrimination et de démanteler les préjugés. 

 

Tout type et tout format de formation pour les personnes âgées a son sujet, bien sûr. Mais simultanément, tout type et format de formation au troisième âge est une formation à l'autonomisation, car tous les groupes de personnes âgées, et en particulier les groupes de femmes âgées, ont tendance à être poussés en marge de la société. Par conséquent, les formateurs et les mentors sont concernés par une meilleure compréhension de ce qu'est et pourrait être la vieillesse sexuée dans la société européenne contemporaine. Les formateurs d'adultes ont besoin de connaissances sur les questions spécifiques à l'âge et aussi au genre. 

 

Ils acquerront d'abord un aperçu théorique de ces questions et délimiteront les situations dans lesquelles l'égalité des sexes est atteinte ou non. Ces thèmes seront au cœur des programmes éducatifs pour et sur les femmes âgées. Ils incluront le droit des femmes à explorer leur identité, et à ne pas être considérées comme plus ou moins que les hommes, comme c'est le cas dans les sociétés patriarcales. En général, le patriarcat confère aux hommes de meilleures capacités et qualités qu'aux femmes. 

 

Dans ces sociétés, les femmes existent en tant que bonnes épouses et mères, en tant que personnes veillant au confort de tous, mais elles n'existent pas pour elles-mêmes. Comme d'autres groupes socialement marginalisés, les femmes savent rarement ce qu'elles pourraient devenir et ne se considèrent pas comme des titulaires de droits. Leurs valeurs humaines sont proches des valeurs européennes de base.

 

Les rôles sociaux (concept déterminant l'identité sociale d'une personne) sont assumés, abandonnés ou perdus tout au long de la vie. Les femmes et les hommes âgés perdent de nombreux rôles, mais ils peuvent en assumer de nouveaux. Une augmentation des rôles sociaux des femmes signifie plus de possibilités pour leur développement personnel. Les rôles sociaux exigent l'engagement des femmes âgées. Plus l'engagement d'une femme âgée est grand, plus sa capacité à apprendre, à être indépendante et active est grande. Ses connaissances et ses capacités augmentent, ses intérêts s'élargissent et elle est capable d'assumer des responsabilités plus complexes. Une femme ayant plus de rôles sociaux sera également mieux préparée à s'aider elle-même et à aider les autres. Et tout cela se traduira par une identité positive et bien formée.

Unité 3. Planifier l'éducation des femmes âgées

Les formateurs/mentors des apprenants âgés ne peuvent pas se concentrer uniquement sur leurs sujets ou thèmes, leurs connaissances disciplinaires, les méthodes à utiliser, etc., mais doivent garder à l'esprit que l'éducation des personnes âgées concerne également l'autonomisation des personnes âgées, hommes et femmes. Les apprenantes âgées doivent changer leur attitude envers elles-mêmes en tant que femmes âgées et envers la vieillesse en général en développant des points de vue pertinents. La formation des personnes âgées est un processus de transformation, tant pour les formateurs que pour les participants. Elle devrait également sensibiliser le grand public à ce que sont les femmes âgées, à leurs valeurs et à leurs droits, à leur identité et aux expériences sexospécifiques qu'elles apportent avec elles dans le processus d'apprentissage. Pour être socialement transformatrice, l'éducation des personnes âgées s'accompagne de campagnes publiques. 

 

Pour différentes raisons, les femmes âgées ne constituent pas un groupe homogène. Il existe de grandes différences au sein d'un groupe et entre les groupes de femmes âgées. Tout d'abord, il s'agit de travailleuses âgées, de femmes âgées face à la retraite, de femmes âgées après la retraite et après la phase de vie professionnelle. C'est pourquoi, tant d'un point de vue individuel que sociétal, il est important de promouvoir des activités éducatives pour tous les groupes de femmes âgées. 

 

Nous ne pouvons pas nous contenter d'adapter les programmes de formation pour adultes âgés aux besoins perçus des apprenants âgés. Ils doivent être personnalisés et, pour la plupart, construits à partir de zéro. Pour être exact, des projets de programmes sont construits, les objectifs sont fixés et les méthodes sont sélectionnées. Mais les contenus dépendent des besoins, des intérêts, des souhaits et des aspirations des apprenants. Ils dépendent du temps, de l'espace et de la culture de l'environnement. Mais il devrait aussi y avoir un agenda caché ou moins caché avec des contenus qui renforcent l'autonomie des apprenantes plus âgées en tenant compte des valeurs et du capital de genre qu'elles apportent à l'éducation. Par exemple, dans un groupe d'apprenants d'anglais, le thème de la grand-parentalité a été abordé à partir d'une compilation de faits issus d'études de recherche. Les grands-mères ont découvert qu'elles devaient donner la priorité à leur santé pour ne pas souffrir de l'épuisement des grands-parents. Le groupe a également discuté de l'histoire de Rosa Luxembourg en comparaison avec les féministes slovènes Danica et Angela Vode.  D'autres sujets ont été abordés, notamment les relations familiales après la retraite et les préjugés concernant les femmes âgées.  Le groupe a visité le Centre d'études féminines de Zagreb et a discuté du mouvement Me Too. Le programme comprenait également la projection de Oldies, une pièce de théâtre slovène, avec des représentations de personnes âgées qui ne sont pas des acteurs professionnels, suivie d'une discussion critique. Les déclarations insultantes de certains hommes politiques à l'égard des femmes ont été identifiées et ont fait l'objet d'une réaction par la rédaction d'une lettre collective au rédacteur en chef d'un magazine. Les stéréotypes sur les femmes âgées ont été identifiés par les apprenants et discutés.

 

Comment concevoir un programme de formation pour adultes âgés

 

La planification de la mise en œuvre et la programmation du contenu d'un programme éducatif sont nécessaires pour assurer la cohérence entre les différents éléments du programme. 

(1) Dans le passé, la programmation était considérée comme une anticipation des mesures à prendre pour atteindre les objectifs. La principale stratégie de programmation était orientée vers les objectifs. 

(2) Une réflexion s'est engagée sur la manière d'adapter les objectifs en dialogue avec les participants. Tant que seuls les objectifs étaient importants, la structure des programmes d'éducation des adultes était claire. 

(3) Plus tard, l'adaptation des objectifs et la recherche d'un équilibre entre des besoins souvent opposés ont commencé à avoir lieu. 

(4) Dans le passé, l'accent était mis sur les contenus et les méthodes structurés. 

(5) Aujourd'hui, l'accent a été mis sur l'identification des besoins. 

(6) Un programme éducatif pour les adultes âgés et les femmes âgées est compris comme un processus dynamique traitant des connaissances et des compétences, bien sûr, mais aussi des valeurs, des attitudes envers l'apprentissage, de l'impact des circonstances sociales et culturelles. 

 

La programmation des contenus et la planification de l'exécution ne suivent pas une méthodologie unique avec un développement linéaire. Au lieu de cela, la programmation du contenu et la planification de la livraison d'un programme éducatif pour les adultes âgés est un processus plutôt créatif et innovant (où l'apprentissage par essai et erreur est également présent). Différentes méthodes, modèles et approches sont utilisés.

Drakulič, S. (2018). Nevidljiva žena i druge priče. Zagreb: Fraktura.

 

Gros, F. (2014). A Philosophy of Walking

 

Hugo, J. M. (1990). Adult education history and the issue of gender: Toward a different history of adult education in America. Adult Education Quarterly 41, 1–16.

 

Johnson-Bailey, J., Cervero, R. (1996). An analysis of the educational narratives of reentry Black women. Adult Education Quarterly 46(3), 142–157.

 

Kant, I. (2011). Fundamental Principals of the Metaphysics of Morals. Digireads.com Publishing.

 

Lewis, L., ed. (1988). Special Issue: Addressing the Needs of Returning Women. New Directions for Adult and Continuing Education. No. 39. San Francisco, CA: Jossey-Bass.


Rubenson, K., ed. (2011). Adult Learning and Education. Oxford: Elsevier.

Activité

Gerda Taro
1910 - 1937

Pioneer of war photography
Gerda Taro, nee Gerta Pohorylle, was born in Stuttgart and educated in Leipzig, Germany. As she is from a Jewish family, she flees from the Nazis to Paris in 1933. There she lives a bohemian lifestyle with her friend Ruth Cerf and eventually meets Endre Ernő Friedmann, better known today as Robert Capa. Together, they start documenting the Spanish Civil War in 1935, after Gerda had invented their alter egos in order to better sell Endre's and her own pictures. Inspired by their own political convictions, they only take pictures of the the fight of the republican troops against the rebellious franquist troops. Both of them try to be as close to the action as possible - a goal which eventually led to Gerda's death. Despite the fact that her pictures only cover 1 year of the war, her pictures are those that went around the world. Together with Robert Capa and with David Seymour, she developed modern war photography as we know it today during this short period of time. Since she officially was Capa's agent and he sold many of her pictures as his own, it took until the 2000s until people began to recognize her as an artist in her own right rather than only his partner: In 2007, the so-called Mexican Suitcase was found in Mexico City, a suitcase containing thousands of negatives believed lost by Capa, Taro and Seymour. Since then, many photographs originally attributed to Capa are known to have been taken by Gerda. However, during her short life, Taro was well known and when she was killed in 1937 by a tank, - she was only 26 - thousands of people attended her funeral in Paris. The funeral procession, led by Pablo Neruda and Louis Aragon, became a demonstration against fascism.

Marie-Claire Chevalier
1955 - 2022

The one whose trial for illegal abortion changed the law against abortion in France
In 1971, Marie-Claire Chevalier was 16 years old when she became pregnant after being raped by a boy two years older than her in high school. The young woman asked her mother to help her have an abortion. The mother turned to an underground doctor, but her daughter suffered a hemorrhage that forced her to the hospital. Her rapist, arrested for stealing a car, decides to turn her in against his own freedom. She is directly accused, as are four other women, including her mother, because in 1971 the voluntary termination of a pregnancy was illegal in France and punishable by six months to two years in prison. She was then convicted at the Bobigny trial and all were defended by lawyer Gisèle Halimi. Gisèle Halimi made of this trial and of Marie-Claire Chevalier a political symbol for the right to abortion. The case will forever mark French history and symbolize real progress for women's rights. Extremely mediatized, the trial closely followed by many personalities ends on a brilliant victory. Three years later this judgement, things started to move. This event contributed to the adoption of the Veil law and the legalization of abortion in France in 1975.

Having suffered greatly from this trial, she attempted suicide. Then, she chose to return to anonymity by changing her name. At her death, she received tributes from the President of the Republic, Emmanuel Macron and feminist associations.

Maria Lejárraga
1874 – 1974

She was writing and her husband harvesting the glory, fame and money!
Writer, feminist, deputy, polyglot and socialist who opposed to the death penalty and legal prostitution. She advocated for education, work and equal rights for women in Spain. A very open-minded and visionary woman who had to pay a high price imposed by her gender.

María Lejárraga comes from the region of La Rioja from an economically stable middle class family. She was able to receive good education and became a teacher. During her teaching career she discovered her passion for writing. She was very talented and ready to share her ideas and stories with the world. But, that´s where she bumped into a big obstacle. At the beginning of the XX century being a female writer was seen as immoral work, especially for an educator. If she had risked meeting her goals, she could have lost her teaching job. She found a solution to this problem in her marriage by publishing her works under her husband's name. So, she was writing and waiting at home and he was the one receiving praise and applause at the premiers of the plays. Before dying, her husband confirmed the rumours circulating in theatre circles that she was the true author of his works.
continue reading

Maria Lejárraga
1874 – 1974

She was writing and her husband harvesting the glory, fame and money!
Writer, feminist, deputy, polyglot and socialist who opposed to the death penalty and legal prostitution. She advocated for education, work and equal rights for women in Spain. A very open-minded and visionary woman who had to pay a high price imposed by her gender.

María Lejárraga comes from the region of La Rioja from an economically stable middle class family. She was able to receive good education and became a teacher. During her teaching career she discovered her passion for writing. She was very talented and ready to share her ideas and stories with the world. But, that´s where she bumped into a big obstacle. At the beginning of the XX century being a female writer was seen as immoral work, especially for an educator. If she had risked meeting her goals, she could have lost her teaching job. She found a solution to this problem in her marriage by publishing her works under her husband's name. So, she was writing and waiting at home and he was the one receiving praise and applause at the premiers of the plays. Before dying, her husband confirmed the rumours circulating in theatre circles that she was the true author of his works.
continue reading

Maria Lejárraga
1874 – 1974

She was writing and her husband harvesting the glory, fame and money!
Writer, feminist, deputy, polyglot and socialist who opposed to the death penalty and legal prostitution. She advocated for education, work and equal rights for women in Spain. A very open-minded and visionary woman who had to pay a high price imposed by her gender.

María Lejárraga comes from the region of La Rioja from an economically stable middle class family. She was able to receive good education and became a teacher. During her teaching career she discovered her passion for writing. She was very...
continue reading