MODULE 2

LA LONGUE MARCHE VERS LES DROITS, L’ÉGALITÉ ET LES VALEURS EUROPÉENNES

Évolution de l’histoire des femmes dans les pays européens : Les mesures prises par les femmes et les hommes à travers l’Europe pour faire des femmes des titulaires de droits. Comment la démocratie, la liberté et les valeurs européennes fondamentales en général influencent-elles les femmes et leur vie ?

Introduction

Ce module traite de la position passée et actuelle des femmes dans la société et de la lente évolution des droits de la femme vers le statut de titulaire de droits dans les sociétés européennes modernes. Les droits des femmes ne sont pas garantis. Bien au contraire, des efforts sont nécessaires de la part des femmes autonomes pour protéger leurs droits.

 

Le module en bref

Le module se compose de trois unités présentées ci-dessous, suivies de la rubrique ” Vérifiez votre compréhension ” et des références.

Unité 1. Les rôles sociaux des femmes dans le passé et le présent

Unité 2. La longue marche vers les droits des femmes et l’égalité des sexes dans les États membres de l’Union européenne  

Unité 3. Droits des femmes, égalité des sexes et valeurs européennes

Vérifiez votre compréhension. Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses ? Références

Unité 1. Les rôles sociaux des femmes dans le passé et le présent

Comme les femmes représentent la moitié de la population de notre planète, nous ne pouvons pas simplement ignorer leur rôle dans la formation de l'histoire du monde. Dès le début de l'humanité, les femmes ont dû surmonter de nombreux obstacles pour changer leur condition de "mère" et être autorisées à participer à la société avec les hommes. 

 

De la préhistoire à l'époque moderne, la société attendait d'elles qu'elles soient principalement des femmes de ménage et des mères. Leurs principaux devoirs étaient de procréer, de veiller à ce que la famille soit bien nourrie et soignée, et de veiller au bon fonctionnement de leur foyer. 

 

La révolution de 1789 en Europe donne naissance à une nouvelle technologie qui nécessite plus de mains dans les usines. Les femmes commencent à participer de manière égale au travail industriel, tout en recevant des salaires inférieurs à ceux des hommes.

 

À la fin du 19e siècle, les femmes commencent à s'inscrire aux études universitaires et à travailler dans certains secteurs. Avant cela, il était mal vu d'être une femme mariée qui travaille. Son principal devoir était de s'occuper de son mari et de ses enfants.

 

La révolution industrielle et les industries de guerre ont nécessité plus de main d'œuvre. Pendant la guerre, il y avait un déficit de main-d'œuvre masculine et les femmes ont remplacé les hommes au travail. Par conséquent, leur nouveau rôle dans les usines était socialement accepté, même si elles étaient mariées. 

 

À partir du 19e siècle, on assiste à un changement de valeurs et à une nouvelle ère de rébellion envers la tradition, la famille et la religion. Au 20e siècle, la société a reconnu l'égalité des droits des femmes par rapport aux droits des hommes.  

 

Aujourd'hui, les rôles des femmes ont radicalement changé. Il n'existe pratiquement aucune profession qui ne soit pas accessible aux hommes et aux femmes. Les femmes comme les hommes peuvent être infirmières, premiers ministres ou présidents, soldats, enseignants, astronautes, artistes, acteurs, informaticiens ou médecins. Néanmoins, nous savons aussi que dans certains domaines, les femmes sont sous-représentées. Certaines professions sont encore dominées par les hommes, notamment certains domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie, des mathématiques et de la médecine dans certains pays. Les femmes sont moins représentées dans certains domaines de travail, mais elles sont également moins payées pour faire le même travail et occuper le même poste que leurs homologues masculins. 

 

Bien que le rôle des femmes ait changé au cours des 100 à 300 dernières années, certains aspects de leur vie sont restés les mêmes. Pour de nombreuses femmes, travailler à l'extérieur du foyer signifie avoir deux emplois à temps plein - l'un au travail et l'autre à la maison. En général, ce sont les femmes qui s'occupent de leur maison et du reste des membres de la famille. Elles font les courses, paient les factures et planifient les événements scolaires et les excursions. 

 

Lorsqu'il s'agit de femmes plus âgées, leur rôle peut être réduit à nouveau à celui de femme de ménage, de grand-mère et de soutien émotionnel à leur mari. Elles peuvent également s'occuper d'autres membres de la famille. Être âgé est souvent un défi dans de nombreux pays de l'UE occidentale et orientale, car les personnes âgées sont méprisées et considérées comme un fardeau social pour les autres générations.  

 

Cependant, leur vieillesse ne les empêche pas de continuer à être le fondement solide et indéniable de notre société. Si nous sommes prêts à écouter et à apprendre, nous comprendrons que leur importance va au-delà de leur rôle de grands-parents. Leur corps est peut-être plus fragile, mais leur expérience peut être un océan de sagesse pour guider les jeunes générations. Ils sont fondamentaux pour la transmission des valeurs culturelles à leurs descendants. Ils sont les gardiens du patrimoine culturel et social.

Unité 2. La longue marche vers les droits des femmes et l'égalité des sexes dans les États membres de l'Union européenne

Au cours des siècles, les femmes ont lutté pour avoir les mêmes droits que les hommes. Qu'elles se considèrent ou non comme des féministes, elles ont fait partie intégrante des mouvements féministes.

 

Pendant la Révolution française, les femmes européennes ont commencé à reprendre la bannière des revendications pour l'égalité sociale et ont marché sur Versailles sous le slogan "Liberté, égalité et fraternité." 

 

C'est au cours de ces années qu'ont été formulées les premières revendications de droits politiques des femmes visant à établir les femmes en tant que citoyennes. Une réalisation importante est la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne écrite par Olympe de Gouges en 1791. Il s'agit de l'un des premiers documents historiques défendant l'égalité des droits ou l'égalité juridique et le droit de vote des femmes.

 

Les femmes veulent participer aux affaires de l'État, à la création des lois auxquelles elles n'étaient jusque-là que soumises. Des mouvements suffragistes apparaissent, avec Flora Tristán à leur tête. Les groupes féministes du mouvement ouvrier sont influencés par "L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'État", écrit par Friedrich Engels en 1884. Certaines d'entre elles ont créé des associations et, peu après, des mouvements pour le droit de vote des femmes aux niveaux national et international. Après avoir créé une fédération aux États-Unis en 1890, l'Union nationale des sociétés de suffrage féminin (National Union of Women's Suffrage Societies) est créée en Grande-Bretagne en 1897, l’Association allemande pour le droit de vote des femmes( Deutscher Verein für Frauenstimmrecht) en Allemagne en 1902, et l'Union française pour le suffrage des femmes en France en 1909. Ces organisations étaient membres de l'Alliance internationale pour le suffrage des femmes, fondée à Berlin en 1904, qui était un mouvement autoproclamé de défense des droits de l'homme.

 

Après des décennies de lutte et de revendications, les femmes ont obtenu le droit de vote dans différents États européens au XXe siècle.

 

Alors que les femmes avaient déjà obtenu le droit de vote dans plusieurs États américains depuis 1869, la Finlande a été la première à franchir le pas en 1906, par le biais d'une réforme instaurant un parlement élu au suffrage universel. La Norvège suit en 1907, puis le Danemark et l'Islande en 1915. La Première Guerre mondiale a créé les conditions qui ont permis l'introduction du droit de vote dans différents pays : La Russie en 1917 (suite à la révolution), la Lettonie, l'Estonie, la Pologne, le Royaume-Uni (notamment avec des restrictions d'âge jusqu'en 1928), l'Allemagne et l'Autriche (suite au renversement des monarchies et à l'établissement de républiques) en 1918, puis les Pays-Bas et le Luxembourg en 1920. En Espagne, en 1931, la Deuxième République nouvellement établie a accordé le droit de vote aux femmes. En 1929, la Roumanie a accordé un suffrage limité aux femmes. Les Françaises ont obtenu ce droit en avril 1944, selon la volonté du général de Gaulle. Les femmes italiennes et slovènes (la Slovénie faisant partie de l'ancienne Fédération yougoslave) ont obtenu le droit de vote en 1945. La Grèce doit attendre l'instauration d'une monarchie parlementaire pour que le suffrage devienne universel dans la Constitution de 1952.

 

Cette période d'après-guerre se distingue par le début de ce que l'on appelle le nouveau féminisme et est marquée par les noms de Simone De Beauvoir et de Betty Frieden. À cette époque, on parlait déjà du patriarcat, de l'égalité des hommes et des femmes et des droits des femmes sur leur corps. Simone De Beauvoir a publié en 1949 Le Deuxième Sexe, où elle énonce sa devise : on ne naît pas femme mais on le devient. 

 

Puis dans les années 70, Kate Millet lui emboîtera le pas. Il n'y a pas de disparité intellectuelle et affective entre les sexes. Betty Freidan, psychologue américaine, affirmait dans The Feminine Mystique que le stéréotype masculin imposé aux femmes dans les années 50 les conduisait à l'autodestruction.

 

C'est à ce stade qu'apparaît la théorie Queer qui rejette la classification des individus dans des catégories universelles et fixes. L'identité sexuelle est désormais le produit d'une construction culturelle et non plus d'un déterminisme biologique. Elle est devenue le genre.


Aujourd'hui, de nombreux mouvements de femmes cherchent à rompre avec les visions uniques et unificatrices du genre. Ils promeuvent leur diversité dans le travail. En fait, le travail commun a déjà porté ses fruits et des femmes de tous les continents ont déployé différentes stratégies d'action par le biais des Nations unies, d'organisations non gouvernementales ou d'associations. En 1995, lors de la quatrième conférence mondiale sur les femmes, une série d'engagements sans précédent ont été pris et les droits des femmes ont été reconnus comme des droits humains. Plus de vingt ans après l'adoption de la déclaration et du programme d'action de Pékin, aucun pays n'a encore atteint l'égalité des sexes et les discriminations à l'égard des femmes persistent. C'est pourquoi les mouvements féministes du monde entier continuent de lutter pour améliorer les conditions de vie et les conditions sociales des femmes.

Unité 3. Droits des femmes, égalité des sexes et valeurs européennes

L'égalité des sexes "ne signifie pas que les femmes et les hommes deviendront identiques, mais que les droits, les responsabilités et les opportunités des femmes et des hommes ne dépendront pas du fait qu'ils soient nés hommes ou femmes". (ONU Femmes, Entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes).

 

Selon l'article 2 du traité sur l'Union européenne (TUE), les valeurs fondatrices de l'UE sont "la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l'égalité, l'État de droit et le respect des droits de l'homme, y compris ceux des personnes appartenant à des minorités". Faire partie de l'Union européenne signifie partager et défendre ses valeurs fondamentales.

 

Le principe d'égalité entre les femmes et les hommes constitue le fondement de toutes les politiques européennes et la base de l'intégration européenne. Il s'applique à tous les domaines. Bien que des inégalités existent encore, l'UE a fait des progrès importants : 

  • législation sur l'égalité de traitement
  • le gender mainstreaming, l'intégration de la perspective de genre dans toutes les autres politiques
  • mesures spécifiques pour la promotion des femmes.

 

La Commission européenne a élaboré une stratégie de l'UE en matière d'égalité entre les hommes et les femmes, assortie d'objectifs politiques et d'actions visant à réaliser des progrès significatifs vers une égalité des sexes en Europe d'ici 2025.

 

Les principaux objectifs sont les suivants : mettre fin à la violence fondée sur le sexe ; combattre les stéréotypes liés au sexe ; combler les écarts entre les hommes et les femmes sur le marché du travail ; parvenir à une participation égale dans les différents secteurs de l'économie ; combler les écarts de rémunération et de pension entre les hommes et les femmes ; combler l'écart entre les hommes et les femmes en matière de soins et parvenir à un équilibre entre les hommes et les femmes dans la prise de décision et la politique. 


Malgré les défis découlant de la crise du COVID-19, la Commission a déployé des efforts considérables pour mettre en œuvre sa stratégie en matière d'égalité des genres au cours de l'année écoulée. Elle a renforcé sa lutte contre la violence sexiste. En juin 2020, elle a publié sa toute première stratégie européenne en matière de droits des victimes et, en février 2021, elle a lancé une consultation publique ouverte sur une nouvelle initiative législative visant à mieux soutenir les victimes et à poursuivre les auteurs de violences sexistes. La Commission a adopté la loi sur les services numériques en décembre 2020, qui clarifie les responsabilités des plateformes en ligne, contribuant ainsi à la sécurité des femmes sur Internet. Avec l'adoption de la proposition de directive renforçant le principe de l'égalité de rémunération par la transparence salariale et les mécanismes d'application au début du mois de mars 2021, la Commission a franchi une étape majeure pour améliorer le respect du droit à l'égalité de rémunération et lutter contre la discrimination salariale. De même, début mars 2021, la Commission a adopté un plan d'action visant à mettre en œuvre le pilier européen des droits sociaux, qui place l'égalité des sexes au cœur de ses préoccupations et fixe, entre autres, des objectifs ambitieux en matière de participation des femmes au marché du travail et d'offre d'éducation et d'accueil de la petite enfance, ce qui est très important dans ce contexte. En 2020, une série d'actions a été annoncée pour faire en sorte que les filles et les jeunes femmes participent de manière égale aux études dans le domaine des TIC et développent leurs compétences numériques.

Anon: Women in History documentary (July 21, 2017). [Video]. Retrieved from:  https://www.youtube.com/watch?v=zU9eaxjEgko 

 

Briatte, A.L. (June 6, 2020). Women´s right to vote. [Article]. Retrieved from: https://ehne.fr/en/encyclopedia/themes/gender-and-europe/gender-citizenship-in-europe/women%E2%80%99s-right-vote 

 

Curso Mujer y Medio Ambiente: conflictos, oportunidades y retos. CEDREAC. Abril, 2013. [PP course]. Available from: https://cima.cantabria.es/documents/5710649/5729124/Mujer_historia.pdf/601eb1ed-1752-4ea3-5374-64abf5298254?t=1512481342680 

 

Gamba Susana (2008). Feminismo: historia y corrientes. [Article]. Retrieved from: http://www.mujeresenred.net/spip.php?article1397  

 

Joshua J. Mark (March 18, 2019). Women in the Middle Ages [Article]. Retrieved from:  https://www.ancient.eu/article/1345/women-in-the-middle-ages/

 

McKeowen, M. (June 25, 2018). Women through History: Women's Experience Through the Ages [Article]. Retrieved from: https://owlcation.com/humanities/Women-Through-History 

 

Rubio-Martín, R. (April 3, 2014). The achievement of female suffrage in Europe: on women’s citizenship. [Article]. Retrieved from: https://academic.oup.com/icon/article/12/1/4/628588 

 

https://ec.europa.eu/component-library/eu/about/eu-values/ 

 

https://perception.org/research/implicit-bias/

 

https://ec.europa.eu/info/policies/justice-and-fundamental-rights/gender-equality/gender-equality-strategy_en

Activité

Lorem Ipsum

Lorem ipsum

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolorLorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolor